Quitter Google : entre paranoïa et bon sens

Ces derniers jours ont été productifs pour moi dans ma recherche d’émancipation de Google. C’est une chose que je travaille déjà depuis un petit moment en hébergeant mes propres services (Piwik, RssLounge, Shaarli, Owncloud, blog) et en utilisant des alternatives externes (DuckDuckGo, Diaspora*, Jappix).

Mais s’il est bien une chose dont j’ai eu du mal à me séparer, c’est mon adresse Gmail ! J’ai pu dénombrer au jour d’aujourd’hui pratiquement 30 sites sur lesquels j’utilisais cette adresse. Autant dire que ça fait beaucoup… J’ai finalement pris la décision de me séparer de celle-ci (sans pour autant forcément vouloir la supprimer définitivement). Ma méthode a été on ne peut plus simple : j’ai listé sur une feuille l’ensemble des sites qui m’avaient envoyé des mails d’inscription (attention à bien regarder dans la corbeille qui en comporte aussi un certain nombre), et je me suis rendu sur chacun d’eux pour changer l’adresse ou pour supprimer le compte.
C’est un travail assez long, pas fiable à 100% (je pense avoir oublié deux ou trois sites au moins) et qui n’a pas porté ses fruits sur tous les sites à cause de bugs qui m’empêchent de la changer. De plus, il me reste à partager mon adresse « de tous les jours » avec tous mes contacts. [troll]Mais grâce à Facebook, je ne reçois plus de mail ! [troll-ception]Et vu que j’ai désactivé mon compte Facebook, je ne reçois plus rien de personne[/troll-ception][/troll].

Au delà du fait « Google ne saura pas/plus tout de moi« , une question plus intéressante encore est celle du « Pourquoi ?« . Les personnes les plus virulentes me diront « – Google, c’est le mal – Google sait tout de toi ! – Google = Big Brother« . Mais désolé, je ne suis pas partisan de ces arguments qui voudraient que Google soit tout noir (pour la version toute blanche voir ici et ).

Google is watching you
À première vue, Google sait certainement énormément de choses sur moi, dont certaines que j’aimerais garder secrètes. Ce n’est pas que j’ai des choses à cacher, c’est ce que l’on appelle la vie privée. Vous n’avez qu’à imaginer des inconnus vous observer à travers votre vitre lorsque vous êtes en train de manger et vous aurez compris où je veux en venir.

À priori je n’ai pas à craindre que Google sache tout de moi, il n’est pas dans leur intérêt de m’attirer des ennuis, ni à quiconque d’autre. Mon plus gros problème, dans l’immédiat, était si Google décidait subitement de fermer mon compte. J’ai lu un article (il y a un petit moment) relatant les mésaventures d’une personne qui avait perdu 7 ans de sa vie numérique car il avait tout confié à Google et que ce dernier avait décidé de fermer son compte. Ce n’est évidemment qu’une histoire, le genre d’histoires qui n’arrive qu’aux autres…

Un autre problème immédiat, c’est que Google se fait potentiellement de l’argent sur mon dos. Vous connaissez sans doute l’adage qui dit « Quand vous ne voyez pas le service, c’est que vous êtes le produit« . Certains se disent sans doute « Qu’est ce que ça peut bien faire ? Ils ne font pas de mal.« … Personnellement je n’aimerais pas qu’une personne viennent me questionner dans la rue en me demandant nom, prénom, âge, adresse, études réalisées, boîte dans laquelle je travaille, relations amoureuses, nom de mes amis, etc. Sachant que juste après elle pourra aller voir une autre personne que je ne connais pas en lui disant « Contre 20€ je te dis tout du mec là-bas« . À première vue ça ne peut pas me porter directement atteinte, mais je ne suis pas un objet dont on peut monnayer la valeur… Question d’éthique.

En regardant à plus long terme, un autre souci se pose. On ne sait pas de quoi sera fait demain, on ne sait pas qui sera aux manettes de la société dans un, deux, ou cinq ans. On ne sait pas si de sombres hackers russes ne vont pas pirater leurs serveurs et revendre nos informations (je n’ai rien contre les russes :p). Le futur est plein de surprises, bonnes ou mauvaises ; faisons en sorte qu’il y en ai un maximum de bonnes !

Google don't be evil
Ceci étant dit, est-il nécessaire de supprimer son compte ? Je n’ai qu’une réponse : c’est à chacun de se faire son avis là-dessus. Personnellement, j’ai décidé de garder une patte dans la machine à broyer les informations. J’ai conscience d’un certain nombre d’enjeux et du danger que peux représenter une confiance aveugle en cette société (privée, rappelons-le). Pour cela je fais attention à ma manière d’utiliser ses services, qui sont quand même de très bonne qualité, ne nous le cachons pas. Elle reste de plus moteur dans pas mal de domaines et j’apprécie toujours de voir ce qui sort de ses labos. De plus, Google participe activement au logiciel Libre, ne serait-ce qu’à travers le Google Summer of Code.

En conclusion, et en bref résumé, cracher sur les puissants services Google est idiot, tout autant que de lui accorder une confiance aveugle. N’oublions pas que le but d’une entreprise privée est de faire du profit, et par moment, tous les moyens sont bons 😉

Et pour approfondir cette réflexion, Bluetouff en parle très bien sur son blog.

{5} Thoughts on “Quitter Google : entre paranoïa et bon sens

    • Merci ! 🙂
      Oui c’était un peu mon problème en écrivant cet article : tout a déjà été dit et re-dit… Mais généralement les articles « pour se libérer » disent tout le mal qu’ils pensent de Google, sans pointer les aspects positifs qu’à cette société, qui n’est pas tout à fait comme les autres ; même si je ne le fais que rapidement à la fin de l’article…

  1. Hello,
    On a l’impression que c’est un travail long et fastidieux que de se passer de gmail… alors qu’il suffit de se créer une autre adresse, d’utiliser les 2 en parallèle et de délaisser gmail petit à petit. (avec thunderbird, avec un filtre de gmail vers sa nouvelle adresse, c’est facile)

    Ce n’est pas qu’une question d’éthique, de vie privée, de choses à cacher, de compte qui ferme ou d’une boite qui se fait de l’argent sur notre dos…

    de plus, «je fais attention à ma manière d’utiliser ses services» : mais ce n’est pas possible d’avoir une «bonne» utilisation, comme facebook.

    Je trouve que tu grattes trop la surface. Relis l’interview d’Eben Moglen que vous-mêmes avez traduite 😉

    • C’est un travail long dans le sens où je m’étais créé beaucoup de comptes avec mon adresse GMail et qu’il a fallu tout changer (et rien oublier !) Mais effectivement j’ai utilisé cette technique des 2 adresses en parallèle avec la @gmail.com qui redirige vers la nouvelle.

      S’il n’y a pas de « bonne utilisation » de Facebook, il y en a au moins une « moins pire ».

      Cependant je ne me souviens pas de la traduction d’Eben Moglen. Ceci dit je comprends les risques, je me suis fait mon avis sur comment utiliser ces services et je pense que c’est là le problème : ça ne sert à rien de vouloir forcer les gens à quitter des services. L’important est qu’ils aient conscience des problèmes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>