Diaspora : Suggestions pour faciliter l’accès à l’information

Je l’affirmais dans mon précédent billet : nous recevons trop d’informations. Mais, vous vous en doutiez, il est rare que je fasse un simple constat sans avoir ma petit idée sur la question. J’évoquais donc comment les informations qui nous arrivaient aujourd’hui par les e-mails et surtout les réseaux sociaux nous étaient destinées particulièrement, comment elles sont ciblées. Et pour cause, ce sont bien souvent nos amis qui nous conseillent de lire un certain article, de regarder une certaine vidéo. Avec pour principale conséquence une activité très chronophage. Alors, comment faire le tri dans cette montagne d’informations, pour regarder ce qui nous intéresse vraiment sans le louper, tout en évitant l’inutile ?

En tant que libriste convaincu, je n’utilise pas Facebook ou Twitter. Mon réseau social, pour lequel ce constat est tout aussi valable, c’est Diaspora*. Et ce qui est bien avec le Libre, c’est que tout le monde peut participer à améliorer la chose. Cet article a donc pour objectif de lister des idées d’amélioration au réseau social Diaspora, idées axées sur la présentation du contenu.

En quelques mots, pour ceux qui ne connaissent pas Diaspora, ce réseau a déjà un immense avantage par rapport à Facebook en terme de gestion du contenu : il propose à chacun d’indexer ses publications avec un système de tag. Une recherche sur un tag permet donc de cibler un contenu de manière très rapide. De plus, Diaspora permet aussi de regrouper les personnes dans des aspects, une personne pouvant faire parti de plusieurs aspects. En tant que contributeur Mozilla, j’ai par exemple un aspect regroupant les autres contributeurs Mozilla sur Diaspora, et il est bien entendu possible de n’afficher que cet aspect, qui regroupe donc les posts publiés par les contributeurs.

Voilà donc deux moyens simples actuellement en place qui permet de trier le flux principal afin de cibler certains thèmes. Je pense cependant que ce système de tag n’est pas utilisé à son plein potentiel, et peut être poussé beaucoup, beaucoup plus loin. Notamment pour filtrer ce bruit que nous ne voulons pas lire.

1. Une recherche puissante

Une première idée serait d’implémenter une recherche « avancée » (rien de très compliqué pour autant) dans Diaspora*. Rappelez-vous, il est actuellement possible de rechercher un utilisateur, ou un tag, ce qui affiche le flux de tous les posts de l’utilisateur, ou bien le flux contenant tous les posts publics avec ce tag. De même, il est possible d’afficher un aspect, ce qui revient à afficher tous les posts des utilisateurs dans cet aspect. L’idée très simple serait simplement de rajouter les très connus opérateurs logiques à ce champ recherche : le et, le ou et le non.

Il deviendrait alors possible de faire des requêtes « complexes », par exemple « Tous les posts de l’utilisateur X contenant le tag T » ou encore « Tous les posts contenant le tag T1 ou le tag T2 mais pas le tag T3 ». Si on ose un peu plus loin, on pourrait même rajouter les aspects dans la sauce, ce qui donnerait « Tous les posts de l’aspect A contenant le tag T1 et le tag T3 mais qui ne sont pas posté par l’utilisateur X ni l’utilisateur Y » par exemple. Bref, avec simplement trois opérateurs, il est possible d’écrire à peu près n’importe quelle requête, et de retrouver très rapidement ce que l’on cherchait (vous savez, ce fameux gif de fou que vous voulez absolument montrer à vos potes au milieu de la soirée mais c’est complètement impossible de remettre la main dessus…). Voici quelque chose à mon avis pas très dur à implémenter et qui serait un vrai plus pour la fouille de données.

1.1 Une recherche persistante

Soyons fou. Tout comme il est actuellement possible de suivre quelqu’un ou de suivre un tag, pourquoi ne pourrions-nous pas suivre notre recherche précédemment décrite ci-dessus ? Imaginez au hasard que quelqu’un publie des articles sur, disons, le html, que vous voulez absolument suivre. Mais imaginez en même temps que cette personne publie aussi toutes les deux heures une photo de chaton. Enfer et damnation ! Si vous suivez la personne, tous les chatons se retrouveront dans votre flux. Et même si vous ne la suivez pas et que vous allez regarder manuellement sur son profil, vous êtes obligés de le parcourir à chaque fois pour dénicher au milieu des chatons les articles qui vous intéressent. Grâce à la recherche avancée décrit ci-dessus, le problème est résolu : vous cherchez nomUtilisateur et non #chaton et vous avez automatiquement tous les posts de cet utilisateur ne contenant pas les chatons ! Voire, si vous ciblez vraiment que le HTML, vous cherchez nomUtilisateur et #html et voilà, le tour est joué !

Oui, mais cette requête, vous êtes obligés de la refaire à chaque fois sans pouvoir savoir si l’utilisateur a depuis publié un nouveau post sur le HTML (ou sur les chatons). Alors, pourquoi ne pas imaginer un système qui permettrait de suivre une recherche, comme on suit actuellement un utilisateur ou un tag ? On créerait une nouvelle recherche et elle apparaîtrait dans le menu, à côté des aspects et des tags suivit. On pourrait lui donner un nom. Et hop ! Aussi simplement que pour afficher le flux d’un tag ou d’un aspect, un clic, et on a un flux réellement ciblé sur ce qui nous intéresse. Formidable, non ?

2. Sélectionner la langue

Un autre cas d’utilisation où on a énormément de message complètement inutile : les messages en langue étrangère. S’ils ne sont pas légion sur Facebook, où on communique principalement avec des amis « proches », ils sont très nombreux sur Diaspora. Allemands, Français, Italiens et Espagnols échangent dans un anglais approximatif. Et comme pour les chatons de tout à l’heure, une personne postant des messages globaux en anglais, qui peuvent nous intéresser, va reprendre sa langue maternelle pour des messages plus spécifiques, qui nous sont incompréhensibles. Il apparaît alors intéressant de pouvoir mettre des filtres sur son flux pour laisser passer uniquement les langues que nous comprenons, dans mon cas, l’anglais et le français.

La recherche ciblée et persistante pourrait presque résoudre se problème, en rajoutant un filtre non #German par exemple. Problème dans ce cas, il faudrait mettre un non #langue pour un certain nombre de langue (dont certaines que je n’ai même pas réussi à identifier). On pourrait alors imaginer un et #french et #english, malheureusement, les messages en anglais ne sont pas taggué #english. Et que ce soit pour la première ou pour la deuxième solution, cela implique que l’utilisateur ait taggué correctement chacun de ces messages.

La solution ? Détecter automatiquement la langue du message, et rajouter de manière automatique le tag, de façon visible ou invisible, je n’ai pas d’avis particulier là dessus. Ensuite, rajouter l’option du filtre dans les réglages même du compte plutôt que comme recherche persistante décrit ci-dessus, cela est quand même beaucoup plus pratique que de refaire une recherche pour chacun de nos aspects.

3. Factoriser les doublons

Bon, alors, on a retiré les chatons, permis de retrouver un post qui nous intéressait rapidement, rendu le tout accessible en un clic, et on a enlevé tous les posts incompréhensible de notre flux. Et bien, c’est déjà mieux ! Que reste-il ? Les fameux reshare. Ah, ce joli post qui a été repartagé par 4 de nos contacts et qui s’affiche 4 fois d’affilé dans notre flux. Je suis bien conscient que, dû à la nature décentralisée du réseau, cela est plus difficile à faire qu’il n’y paraît mais, tout de même, il devrait être possible d’afficher qu’une fois ce fichu post. À la date du repartage le plus récent, avec la liste des personnes l’ayant repartagé, mais ne l’afficher qu’une fois quand même. Et on aura enfin un flux plus propre, où nous ne serons peut-être plus submergés par l’information.

Je ne possède malheureusement pas encore les compétences pour implémenter ces fonctionnalités, mais si certains d’entre vous connaissent Ruby et Rails, je serais ravis de voir ces idées prendre vie ! N’hésitez pas à en parler ici..

{5} Thoughts on “Diaspora : Suggestions pour faciliter l’accès à l’information

    • Je connais Libertree et je respecte le travail de Pistos. Il avait beaucoup contribué à Diaspora, mais les fondateurs verrouillaient trop les ajouts possibles par la communauté. Maintenant que tout le monde peut participer, Pistos n’est plus là et c’est bien dommage.

      Pour les points avancés, je ne pense pas que Libertree puisse être le nouveau réseau social Libre. Tout comme friendica, Libertree a la technique, mais pas le design, la communication, la sociabilité nécessaire à un tel projet. Je pense que nous devrions tous nous associer derrière un seul réseau social Libre, et je pense que ce réseau devrait être Diaspora, le seul connu du grand public.

  1. Par curiosité, je suis allé sur la page de Libertree et je n’y ai RIEN trouvé à part un vague lien sur « comment l’installer » sur github. Pas un screenshot, pas une explication, pas une liste de features, pas même une vague description technique des mécanismes en jeu. Dans réseau social, il y a « social ». Quelle énergie gaspillée…
    Non, je ne vais pas faire une demande d’invitation pour voir à quoi ça ressemble. Je ne veux pas faire partie d’un n-ième cercle très très fermé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>