Diaspora*, à l’usage

Le dernier article de Maniatux, à propos de Diaspora*, m’a donné envie de réagir. Notez bien que ce n’est pas tant son article qui me fait prendre la plume de nouveau sur ce blog après deux ans d’absence mais plutôt le fait que j’ai envie de faire revivre un peu les Geexxx en compagnie de copain Fla.

Maniatux nous explique que, non, Diaspora*, ce n’est pas pour lui en nous expliquant les raisons de son désarroi. J’avoue avoir été déçu car la majorité de ses critiques portent sur l’installation d’un pod et non pas sur l’utilisation qu’il a pu en avoir. Je ne m’étendrai pas sur les « Ruby c’est du caca » « Y a des bugs c’est tout pourri » et autres « Ça manque de fonctionnalités de la mort qui tue » : il a tout à fait raison. D’ailleurs j’avais déjà critiqué le projet sur mon blog perso (hop ! Backlink gratuit !) il y a deux ans jour pour jour (les hasards du calendrier). Les choses n’ont finalement que peu évolué depuis, mais surtout à cause du manque de contributeurs au code.

Par contre, une phrase m’a surpris :

Diaspora est un twitter castré, je ne vois pas ce que cela apporte de plus par rapport à un blog pour le moment.

De un, j’aurais plutôt pris Google+ en exemple de castration, mais ça on s’en fout.

De deux, bien sûr que Diaspora apporte quelque chose en plus aux blogs traditionnels ! Les vieux blogueurs (ou gourous comme ils préfèrent s’appeler) auront beau vanter les mérites du blog, il manquera toujours au moins un petit quelque chose : l’ambiance générée par l’effet communautaire. Un blog peut évidemment comporter une petite communauté, mais cela sera totalement différent. Une analogie simple mais que je pense pertinente : le réseau social est au blog ce que le bar est à notre chez nous. On peut se retrouver avec des potes chez nous à discuter comme l’on peut se retrouver autour d’une bière dans un bar à discuter avec des potes. L’ambiance.

Je conçois que mon analogie est un peu tirée par les cheveux et on l’appréciera ou non, mais c’est ma vision des choses. Pour être plus direct, il y a un certain nombre de choses que Diaspora* m’apporte et que les blogs n’ont pas :

  • Une identité unique : le nerf de la guerre ! D’un blog à l’autre, nos commentaires n’ont aucun lien entre eux : une personne A peut très bien commenter sur mon blog avec le pseudo « J’aime le fromage » tandis qu’il s’agira d’une personne B avec le même pseudo sur un autre. Et puis que c’est chiant de devoir compléter tous ces champs pour indiquer son nom, son adresse mail et son site avant de pouvoir commenter !
  • Un carnet d’adresses : même si Diaspora* ne me convient pas entièrement sur ce point, c’est toujours mieux que le blog. L’un de mes protons (contraction de projet et de carton) consiste à revoir le fonctionnement des carnets d’adresses au niveau des réseaux sociaux, je vous en parlerai peut-être un jour…
  • La centralisation de MES données (principalement les commentaires). Si la décentralisation du point de vue réseau est appréciable il en est autrement de mes données que je souhaite garder sous le coude.
  • L’instantanéité du dialogue avec des gens que je ne connais(sais) pas. Bien que Fla ne l’avoue qu’à contre-cœur, Cyrille Borne a tout de même rabattu un petit paquet de personnes francophones que l’on avait l’habitude de suivre par leur blog. On découvre par conséquent une autre facette de tout ce petit monde qui tourne autour de la blogosphère (geek) française.

Tout cela n’enlève pas les (nombreux) défauts de Diaspora* et je suis quasiment certain que ce réseau est condamné à pourrir dans le terrible trou de l’oubli d’ici quelques années mais profitons de ses jeunes années avant de migrer ailleurs, de belles choses peuvent encore en sortir ! Alors viens copain !