La découverte du réseau (où aller pour être au courant ?)

L’Internet, c’est quelque chose d’incroyable. On peut y rester des heures, assoiffé de connaissances, et on découvrira toujours des multitudes de choses qui nous émerveillerons. Et en plus, avec l’avènement des réseaux sociaux, on échange et on repartage dans tous les sens. Mais le risque c’est que, submergé sous autant de contenu, on ne fasse plus la différence entre ce qui est intéressant et le reste. Il n’y a qu’à voir le temps qu’on peut passer sur des sites comme 9gag ou 4gifs. Que de temps perdu.

Il y a quelques temps, une partie des geexxx de ce blog quittait Facebook, opposée à cette aberration de la vie privée. Après mon départ de Facebook, j’ai vite senti comme je pouvais manquer de nombreuses informations sur tout ce qui se passaient. Parmi elles, des articles partagés par mes contacts portant principalement sur les news dans l’informatique. Hors de question pour moi de retourner sur ce réseau déplorable, je me suis donc mis en quête pour aller chercher l’information à la source.

J’ai pour cela fait l’effort de parcourir la toile sans rester passif devant un flux qui avant m’apportait les liens, et je me suis rendu compte que mon comportement face aux contenus avait évolué. Au lieu d’être un simple lecteur passif, qui cliquait sur un lien pour découvrir un article sans même faire attention à l’auteur et au site, je voyais à présent tout ce qu’il y avait autour de l’article et qui m’échappait avant. Qui a écrit ça, quand, dans quel contexte, pourquoi a-t-il dit ça ainsi, qui lui a répondu ? Je ne faisais par exemple jamais attention auparavant aux auteurs des commentaires. Je me suis aperçu pendant la recherche de mes sites pertinents qu’il était souvent très intéressant de savoir qui répondait. C’est ainsi que j’ai observé des échanges de blogueurs. « Mais oui, lui, s’il répond ça, c’est en rapport avec ce qu’il avait écrit il y a quelques jours… » Ce n’était plus un échange d’anonyme, mais des véritables identités virtuelles que je découvrais là, et avec elle, un amour du réseau que je ne soupçonnais pas.

Et puis, j’ai moi aussi répondu, en prenant soin cette fois de préciser un vrai email et ce blog où vous êtes en ce moment. Et j’ai été étonné de voir qu’on me reconnaissait, qu’on venait parfois me répondre ici même. Qu’il était possible finalement d’échanger, de parler, de réfléchir et de débattre directement. Bien sûr, j’ai toujours connu et utilisé les commentaires des blogs et sites. Mais la plupart du temps, mes réactions n’étaient pas postées sur le site source, mais là où j’avais découvert le lien : bien souvent, un réseau social. Et mes réactions n’étaient là que pour être lu par mon cercle d’amis. Elles étaient, pour moi, pertinentes et constructives, mais se révélaient finalement si futiles, car non lues, ni par les autres lecteurs de l’article original, ni même par l’auteur. J’ai compris ces derniers jours à quel point les réseaux sociaux pouvaient être dangereux, car s’ils donnent un accès très facile à l’information, il n’encourage pas du tout à participer à la source. Je le vois très bien sur Diaspora* : lorsque je partage un article de ce blog là-bas, les gens réagissent et répondent sur mon post sur Diaspora*. Très peu de gens se donnent la peine de venir répondre ici, malgré le fait qu’il ne faille ni s’inscrire, ni même saisir un captcha. C’est, je trouve, terriblement dommage, car leurs réactions auraient pu apporter beaucoup aux autres lecteurs qui n’ont pas accès au post sur le réseau social. La vie si intense des réseaux sociaux n’est en fait rien d’autres que la vie de chacun des autres sites aspirée à un seul endroit, tout simplement par commodité. Mais lorsqu’on quitte le réseau social, on perd par conséquent cette vie virtuel qui fait tout l’intérêt du réseau.

C’est cette vie que j’ai redécouvert sur des sites qui continuent d’être très actif, cette vie que je ne voyais plus depuis mon flux d’actualité. Et c’est cette vie que je souhaite vous montrer aujourd’hui, car la liste (non exhaustive) des sites que j’ai regroupé mérite je trouve d’être partagé. La majorité sont des sites que vous connaissez certainement. Peut-être, absorbé par le flux constant des écrits sur votre mur, en aviez-vous oublié quelques-uns ? Une piqûre de rappel ne fait jamais de mal.

Culture IT :

developpez.com : Il permet d’être au courant des grandes lignes de l’actualité du monde IT en restant objectif. Les réponses pertinentes sont malheureusement enfouies au milieu de participations souvent inutiles et à l’orthographe catastrophique. Cela fait longtemps que ce site n’est plus restreint aux « professionnels de l’informatique » mais la majorité des news sont encore de qualité.

lemonde.fr rubrique technologie : même si bien souvent il s’agit d’économie au final, en apprenant des contrats, licenciement et autres, cela concerne toujours des entreprises de l’IT, et ça permet d’avoir une vision de ce monde différente de celle qu’on la majorité des gens qui y sont plongés jusqu’au coude. Comme un autre point de vu est toujours bon à prendre, je suis le flux rss du monde technologie (et aussi les autres, mais c’est pas de ça dont il est question ici).

Les sites spécifiques :

Linuxfr.org : Les dépêches comme les journaux donnent une bonne idée de ce qui se passe dans le monde du libre avec une très bonne réactivité : les nouvelles sont fraîches ! Un indispensable pour qui s’intéresse à ces technologies.

Framablog : dépend de framasoft. Je pense que leur solgan résume très bien ce qu’on y trouve : « …mais ce serait peut-être l’une des plus grandes opportunités manquées de notre époque si le logiciel libre ne libérait rien d’autre que du code »

Reflets.info : Petite particularité ici puisque c’est un site qui ne touche pas qu’à l’informatique. Ils se décrivent très bien dans leur FAQ :

« Qui est derrière Reflets.info ? Reflets.info est né d’une discussion entre un journaliste (Kitetoa.com) et un blogueur (Bluetouff, fan de Kitetoa depuis le 20e siècle). D’autres blogueurs et hackers ont rejoint le projet. Reflets.info est un projet communautaire qui regroupe des journalistes et des spécialistes des réseaux informatiques. C’est un site d’information qui tente de renouer avec la tradition de presse d’opinion et de réflexion.

En quoi est-ce que Reflets est différent du reste de la presse papier ou de la presse en ligne ? Le monde de la presse n’aime pas l’introspection. Ni la critique. Les journalistes qui ont rejoint le projet constatent de réelles difficultés à faire publier des articles polémiques, des enquêtes de fond. La presse perd chaque année des lecteurs. Elle perd leur confiance. Il y a de nombreuses raisons à cela. L’une d’entre elles est que les gens qui maîtrisent un sujet constatent des incongruités dans les articles qui traitent de ce sujet. Les lecteurs extrapolent. Si la presse se trompe sur ce que je connais, le reste doit être à l’avenant. Par ailleurs, minée par des compromissions liées aux budgets publicitaires ou à l’actionnariat (exception faite du Canard Enchaîné), la presse évite des sujets, ne veut plus fâcher personne. Nous avons fait le choix de ne pas faire de compromissions. »

Blogueurs engagés :

SebSauvage : un blogueur comme je les aime, qui reste clair et surtout concis, mais qui n’a pour autant pas peur des mots. Je partage avec lui une petite vision parano au niveau respect de la vie privée. De plus, ses articles ne sont pas limités à un sujet précis, il parle d’absolument tout, et c’est ça qui est bien. Il a d’ailleurs développé un outil, shaarli, qui permet de publier à tous les liens qu’on trouve intéressant. Et il l’a dernièrement mis à jour pour qu’il affiche un résumé quotidien des liens publiés. Vraiment pas mal, et bientôt dispo dans les dépôts debian et fedora 😀

Bluetouff : On retrouve sur son blog tout ce qu’il ne se permet pas de publier sur Reflets.info, autrement dit, c’est bien engagé, et toujours très pertinent. Bluetouff est connu comme fervent défenseur du libre depuis plus d’une dizaine d’années, et est très compétent dans le domaine des liaisons sans fils.

Ploum : « Encore un passionné du libre ! » me direz-vous. Certes, mais encore une fois, s’il apparaît ici, c’est qu’il a quelque chose de particulier. J’ai notamment beaucoup aimé les différents débats qu’il a lancé autour des réseaux sociaux avec un point de vu objectif et très différent de ce qu’on lit habituellement. Extérieur disons, avec suffisamment de recul, ce qui est rare. Point négatif, il est je trouve beaucoup trop centré sur sa page Google+. Nous revoici avec le problème du contenu des commentaires prisonniers d’un réseau social (même s’ils peuvent être visibles, je ne répondrai pas sur ce réseau).

Bug brother : Le blog de Jean Marc Manach est hébergé par le journal Le Monde. Un gage de crédibilité pour certains. En tout cas, des articles toujours très intéressants et critiques. A consulter régulièrement.

Korben : On ne le présente plus, tout le monde connaît son blog sur la toile. L’intérêt de Korben, c’est qu’il touche à tous les sujets et publie très régulièrement. Les inconvénients, c’est que souvent, on reste un peu sur sa faim. Rajoutez à ça un site beaucoup trop connu donc avec des commentaires dont le niveau régresse de plus en plus (même sans compter l’orthographe) et vous avez un blog que j’apprécie mais que je ne fais guère plus que survoler. Ah, oui, être obligé d’avoir disqus d’activé pour les commentaires, c’est nul. Pas besoin de plus d’argumentation sur pourquoi insérer un contenu provenant d’un site extérieur ça gère pas, c’est pas le sujet.

Stéphane Bortzmeyer : Là, on touche à du beaucoup plus technique. Le design du blog montre d’ailleurs qu’on arrive plus sur un vieux de la vieille, mais au moins, on a quelqu’un de compètent, ça mérite d’être souligné, parce que c’est pas souvent.

Le Hollandais Volant : le blog d’un étudiant en physique, je ne le classerais pas dans les indispensables, mais on trouve quand même pas mal de choses intéressantes, souvent repris par SebSauvage d’ailleurs. Pas forcément que sur l’IT, aussi, ce qui n’est parfois pas un mal.

 

Ps : Vous l’aurez observé, il n’y a ici que des sites en français. Bien sûr, on trouve de très bon écrits dans d’autres langues, je n’ai limité cette liste que par facilité.

Ps2 : Cette liste n’est bien sûr pas complète, et vous êtes invités à proposé vos sites, en commentant ci-dessous, et non pas sur les réseaux sociaux que personne n’accédera !

{15} Thoughts on “La découverte du réseau (où aller pour être au courant ?)

    • Ce sont les flux RSS de tous les sites que je viens de te citer que je suis, je vais rarement sur la page d’accueil au final.

      Je ne suis pas inscrit sur Twitter. Il pose pour moi le même problème que les autres réseaux : il enferme l’information que contiennent les réactions en les séparant de la source. De plus, cela reste une entreprise dont le but est de se faire de l’argent, je n’ai donc pas vraiment plus confiance en eux qu’en Facebook ou Google.
      Le public n’est certes pas le même, mais je ne m’y suis jamais intéressé, je ne pense pas que ça va changer.

  1. Tu parles de « vie virtuelle »… que comprends-tu par là ?
    Personnellement je suis opposé depuis un petit moment à cette expression : la vie sur Internet n’a rien de virtuelle. Ce que tu y fais, ce que tu dis a des effets sur ta vie « hors-ligne ». Derrière un commentaire, il ne faut pas oublier qu’il y a quelqu’un qui exprime ses idées. Ça n’a rien de virtuel. Et j’en tiens pour preuve simplement ma propre expérience qui, à travers les échanges que j’ai eu sur Internet, m’a fait prendre le chemin que je suis actuellement. Je parlerais donc plutôt de « vie connectée » ou « vie numérique »… mais pas de « vie virtuelle ».

    Pour la liste de liens, je partage un grand nombre des tiens. Je rajouterais bien le planet libre, mais il y a vraiment de tout et je ne lis pas du tout tous les articles.
    Reflets.info est très intéressant à suivre, mais il leur arrive d’être un peu trop « réactionnaires » et du coup ils peuvent se décrédibiliser aux yeux de certaines personnes. Je leur avais d’ailleurs fait la remarque.
    Korben permet d’avoir une vision « globale » de l’informatique, mais n’approfondit pas suffisamment certaines choses. Ça reste relativement superficiel mais c’est un choix : toucher un maximum de personnes afin de les sensibiliser. Je pense que ce blog est un « indispensable » quand tu commences à toucher à tout ce qui est des nouvelles technologies. On peut s’en passer ensuite 😉
    Bon et sinon j’ai plein d’autres sites, mais ça ne touche pas forcément à l’informatique / nouvelles techno, ou trop axé sur une technologie (Planet Gnome ou le site de XMPP par exemple)

    • Je parle de vie virtuelle pour désigner l’écosystème autour d’un site web. Cette vie là est bien virtuelle. Ce que je remarque c’est qu’avant le Web Social, la « vie » d’un site était directement SUR le site. Je parle en fait de l’activité générée par les visiteurs qui fait que le site évolue. A présent, cette activité, cette vie, est en partie déportée sur les réseaux sociaux, puisque les réactions des visiteurs ont lieu là bas.

  2. Je rajouterai bien le blog d’Eric Daspet http://n.survol.fr en culture IT, ça couvre beaucoup de choses et ça touche aussi pas mal à la propriété intellectuelle. Un mec intelligent qui produit des analyses pertinentes et bien écrites.

  3. Hello,

    Premièrement, j’apprécie beaucoup ta réflexion (postée dans un commentaire de mon blog) et j’ai eu la surprise de retrouver mon blog dans la liste.

    Et là, pan dans les dents avec le point négatif sur G+. Bien visé !

    Mais je suis confronté à un cas de conscience : je ne publie sur mon blog que des articles dans lesquels j’ai mis un certain travail. D’ailleurs, ils sont longs 😉

    Sur G+, je poste juste des réflexions en live, des pensées. C’est du brainstorming en fait. (et quand ça mène à qqch, j’en fais un post sur mon blog).

    Du coup, je me demande comment faire. Devrais-je changer la ligne éditoriale de mon blog et poster tout dessus ? Que ferais-tu à ma place ?

    En tout cas merci pour lancer la réflexion 😉

    • J’ai en ce moment un élan de séparation de Google, et la première réponse pourrait être de se séparer de G+ pour se tourner vers un équivalent libre comme Diaspora*, où tu retrouveras le même genre de public avisé. Mais si c’est bon pour la conscience niveau vie privée, cela ne résout en rien le problème de la fuite de l’activité du site vers les réseaux.

      Alors que faire ? A vrai dire, je n’ai pas la réponse, sinon, d’autres l’auraient déjà trouvé et tout le monde l’aurait déjà mis en application. Garder ses idées premières et ses brouillons pour soit ? Moui, mais souvent, un article tire sa pertinence des échanges qui ont précédé son écriture, comme tu l’as très bien fait remarquer. Séparer le site en deux, un blog « propre » avec les articles très travaillé et une autre partie « brouillon » ? ça risque de faire un peu rediffusion, ou alors, il faudrait supprimé le brouillon après l’écriture de l’article, ce qui peut être gênant car l’article ne reprend peut-être pas toutes les idées initiales. Il faudrait plus de réflexion sur la forme que prendrait cette solution, je ne sais pas.

      Une solution intermédiaire qui nous réussi pas trop mal : un blog communautaire. Sur geexxx, nous sommes six joyeux lurons, et quand quelqu’un écrit un article, il le poste généralement d’abord en privé, et il y a des discussions entre nous, de la relecture et du « refactoring » avant que le post ne soit public. Bon pour un blog où on est tout seul, c’est pas l’idéal, et puis on a pas le véritable avis des lecteurs.

      Alors quelle solution choisir, j’en sais rien, mais c’est vrai que j’avais déjà vu des commentaires où tu expliquais que G+ te servait de brouillon, et ma foi, c’en est sûrement une très bonne utilisation…

    • On va dire que je suis trop axé XMPP et tout et tout, mais je pense avoir une solution convenable à ces problèmes de dispersion.

      Je pense que cela va commencer à devenir possible, mais il faudrait développer une plate-forme de blogs basée sur XMPP.
      Petit exemple : je publie un article sur le blog-xmpp, celui-ci sera visible à travers tout client gérant ce protocole (et la XEP associée) ; au hasard : Movim et Jappix.
      Les commentaires pourront de plus aussi être gérés à travers XMPP. Ainsi, le blog-xmpp et le réseau social xmpp ne formeront « qu’un », mais avec des présentations différentes (le blog gardant une structure de blog, le réseau social la structure du réseau social).
      On peut imaginer aussi qu’un article ne soit publié dans un premier temps que sur le réseau social, servant alors de brainstorming. Et si jamais les commentaires sont intéressants, on publie le tout sur le blog. Cela pourrait être géré à travers un système de groupes (à l’image des aspects Diaspora* ou des cercles G+)

      Ce qu’il manque ? Une plate-forme de blogs reposant sur XMPP ! Alors au boulot ! 😀

      P.S. Désolé pour les répétitions et si le commentaire n’est pas très clair.

  4. Exact, difficile de quitter les réseaux sociaux. Pour ma part, ils (FB et (un peu) G+) me servent à garder contacts avec des anciens étudiants et à regarder (un peu) la vie des amis hors IT.

    Pour le reste, je préfère lire le même genre de blog que toi en prenant les infos via Twitter.

    Pour Korben, son défaut est qu’il est un peu trop prolyxe pour moi. Je ne suis pas tout ce qu’il dit.

  5. Bravo pour cet article qui décrit bien comment les réseaux sociaux peuvent transformer insidieusement les habitudes de surf.
    Pour ma part, c’est plus un témoignage qu’une prise de conscience ou une incitation car j’ai toujours été réfractaire aux réseaux sociaux.

  6. Et finalement on s’aperçoit qu’avec les réseaux sociaux, on lit tous la même chose.

    On efface les différences d’analyse, de point de vue et on perd en richesse d’information mais surtout en objectivité.

    De plus, on devient paresseux et on lit de moins en moins (en tout cas de sa propre initiative).

  7. Je te conseillerais de rajouter le blog de maître eolas et zythom. Tous les deux de bonnes sources d’information sur le juridique informatique.

    Sinon quant à la réflexion sur les réseaux sociaux et leur utilisation, j’ai pensé qu’il aurait pu être intéressant de rajouter une fonctionnalité d’envoi de liens aux autres utilisateurs de shaarli.

    Et pouf un réseau social décentralisé. Puisque dans le fond un réseau social c’est un partage de pensée et de liens.

    Ça vaut peut être le coup que j’en parle à Sebsauvage, qu’en pensez-vous ?

  8. Une idée de blog XMPP serai pas de réutiliser les flux RSS (par exemple) et avec du push ? et pouf, ca fait la liste d’actu comme FB mais en mieux car décentraliser !
    Après, c’est une idée hein. Car en faites, FB, c’est du blogging interconnecter, un client de chat et un truc analogue aux emails en moins bien en quelque sorte ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>